L’appareil photo –  Objectif et diaphragme –  Les focales


Objectif et Diapragle

Le diaphragme et l’obturateur méritent une explication plus spécifique.

Le diaphragme fait partie de l’objectif. A part quelques modèles à usage spécial comme les objectifs à miroir, tous les objectifs à focale fixe ou zoom sont munis d’un diaphragme.

L’objectif de la photo a une ouverture maximum de 1.8 ce qui est très lumineux.

S’il était réglé à cette ouverture (à pleine ouverture), vous ne verriez plus les lamelles du diaphragme.

 

Sur l’objectif une bague permettait de régler le diaphragme

Actuellement cette bague n’est plus systématiquement présente.

Quand l’appareil le permet cette valeur est lisible sur l’écran de contrôle et dans le bas du viseur dans les appareils plus sophistiqués. Les appareils moins sophistiqués ne donnent pas cette info. Ils sont entièrement automatiques.

Sur cet exemple (image de droite)  le diaphragme est ouvert à 5.6 pour une vitesse de 1/125ème de seconde.

                                                                                     Les valeurs de diaphragme sont les suivantes :

1,4 – 2 – 2.8 – 4 – 5.6 – 8 – 11 – 16 – 22 – (32)

Ces valeurs ne sont pas présentes sur tous les objectifs, loin de là. Les zoom commencent souvent à 3.5. Les objectifs ouvrant à 1.4 sont rares de même que ceux fermant à 32.

Si seuls les heureux propriétaires d’appareil à objectif interchangeable peuvent voir pleinement toutes ces caractéristiques, sachez que tous les appareils suivent ce même principe :

Plus le chiffre est petit, plus grande est l’ouverture.

Ce qu’il faut savoir : Chaque ouverture laisse passer  le double ou la moitié de lumière que l’ouverture inférieure ou supérieure.

Ouvert à 4 l’objectif laisse passer le double de lumière qu’il laisserait passer ouvert à 5.6

Ouvert à 4 l’objectif laisse passer la moitié de lumière qu’il laisserait passer ouvert à 2.8

En résumé :

  • les diaphragmes suivent une échelle de valeur mathématique.
  • En bord de mer en plein soleil la tendance sera vers le diaphragme 16 ou même 22, s’il existe sur votre objectif.
  • A l’inverse, à couvert pas temps sombre la tendance sera vers le diaphragme 4 ou 2.8 selon les possibilités de votre objectif.
  • Le meilleur rendement optique d’un objectif se situe entre 5.6 et 11

L’Obturateur en détails

L’obturateur est placé selon les types d’appareils dans ou proche de l’objectif ou près du film ou du capteur. Comme se sont là des questions techniques et de conception cela n’a pas d’intérêt dans notre propos.

Le rôle de l’obturateur est de laisser entrer la lumière (qui fera l’image) un certain temps.

Une bague de réglage du temps de pose a aussi existé.

Idéalement elle aurait du être graduée comme ceci :
1″ –  1/2″ –  1/4″ –  1/8″  – 1/16″ – 1/32″ –  1/64″ –  1/128″ –  1/256″  – 1/512″ et 1/1024″
Le symbole  » représentant la seconde. Donc

  • 1 seconde
  • 1/2 seconde
  • 1/4 de seconde
  • etc… jusqu’au millième de seconde.

A cela on ajouta la pose B et la pose T

  • La pose B permet de garder l’obturateur ouvert tant qu’on ne lâche pas la pression sur le déclencheur
  • La pose T (pratiquement disparue) était à 2 déclenchements : 1 pour ouvrir l’obturateur, un deuxième pour le fermer

Il fut souvent adopté et inscrit plus simplement sur cette barre  :

B – 1 – 2 – 4 — 8 – 15 – 30 – 60 – 125 – 250 – 500 et parfois 1000

.

.

 

 

 

La barre des vitesses de cet appareil est limitée (du 15ème au 500ème.
Celle des diaphragmes de 2,8 à 22
On a aussi connu des barillets de changement par rotation
et finalement les écrans de contrôle.

Les appareils modernes contrôlent plus efficacement les obturateurs modernes. Ils peuvent proposer des temps de pose qui s’échelonet de la minute au 1/4000 de seconde ou plus parfois.

Le principe est le même que pour le diaphragme  :

Chaque cran est le double du suivant ou la moitié du précédant en quantité de lumière acceptée.

Supposons le cas suivant appareil réglé au 125ème à 5,6 d’ouverture :

  • j’aurai la même quantité de lumière au 60ème à 8 (Double de temps mais moitié d’ouverture)
  • J’aurai le quart de lumière  au 250ème à 8 (moitié de temps et moitié d’ouverture)

Voila qui clôture cet exposé. A dessein je suis resté sur le sujet de  »l’exposition » mon but étant d’expliquer que

  • si trop de lumière atteint le capteur, votre photo sera trop claire donc surexposée.
  • A l’inverse, si trop peu de lumière atteint le capteur, votre photo sera trop foncée donc sousexposée.

Quelle vitesse choisir ? quel Diaphragme choisir ? C’est une autre histoire.